DOSSIER PÉNIBILITÉ AU TRAVAIL
Depuis plusieurs années, SUD est à la pointe du combat pour la prise en compte de la pénibilité dans les services, avec un premier succès début 2018 à la D3D (50 euros/mois). SUD estime que d’autres services ont droit à la prise en compte de la pénibilité et peuvent prétendre à cette prime, notamment la P.U…
Nous avons organisé plusieurs réunions sur ce sujet dans ce service. Le 4 novembre, le DGS a reçu certains agents de la P.U., leur opposant un refus quant à cette demande de prime. Les autres syndicats, prenant le train en marche, proposent une intersyndicale.
SUD, par principe, y participera. Nous viendrons le jeudi 22 novembre vous revoir dans vos services pour vous tenir informés de la suite donnée au mouvement par le syndicat SUD.

 

Le travail du dimanche

Vous demandez à des salariés déjà sous pression professionnelle à travailler plus, et en plus le dimanche, seul jour durant lequel les familles ont la possibilité d’être ensemble.
Pour une compensation financière dérisoire, pour ne pas dire ridicule. En outre, les heures supplémentaires ne peuvent être versées qu’aux temps complet.
Combien d’agents à temps complet sur le réseau des médiathèques ? Le travail en médiathèques est déjà très lourd : des horaires de 9h du matin à 18h le soir avec 50% à l’accueil du public + 1 samedi sur 2 travaillés.
Sans compter les troubles musculo-squelettiques dont souffre la majorité des salariés dont la moyenne d’âge est de 40 ans.
Les agents sont fatigués, démotivés par une direction sans sens et vous leur demandez d’en faire plus, sans compensation correcte.
Combien de volontaires suite à l’appel à candidature ? Autre problème soulevé : sur les 6 ou 7 salariés titulaires nécessaires à l’ouverture du dimanche à la Mial, certains viendront d’autres médiathèques et ne connaissent bien ni les lieux, ni les collections, ni le public, ni l’action culturelle prévue.
Comment rendre un service de qualité dans ces conditions ?
Pourquoi mener une étude sur les horaires du jeudi alors que l’expérience, en période de « test » depuis 2 ans, est un échec flagrant de l’avis de tous.
En avril, dans le cadre de l’ATT, changement de programme.
Les salariés et les syndiqués doivent être associés à la réorganisation des plannings.
Une compensation à hauteur de la contrainte attentue doit être envisagée sous forme d’une augmentation de la part CIA, pour les agents des médiathèques comme pour tous les agents concernés par le travail du dimanche.