Revue de presse sur le mouvements SUD des médiatheques..

Article :La république des pyrénées

Médiathèque : la pression monte

Publié le 15/01/2013 à 06h00

L’Agglo a tenté de déminer, hier, un nouvement de grève susceptible de perturber la venue de la ministre Aurélie Filippetti. (Archives J.-P. Gionnet)

C’est l’événement de ce début d’année à Pau. La ministre de la Culture Aurélie Filippetti doit venir inaugurer vendredi 18 janvier, à 11 h, la médiathèque intercommunale André-Labarrère. Si la préfecture travaille activement sur le sujet en liaison avec le ministère, Pierrick Perrot, le chef de cabinet de Martine Lignières-Cassou, est aussi à pied d’oeuvre. La cérémonie doit durer deux heures environ. Avant le départ de la ministre pour Oloron, un repas est prévu au Pavillon des arts avec différents intervenants culturels.

Cette inauguration ministérielle doit être un des grands moments de la mandature. Il est donc préparé avec soin. D’après ce qui se raconte dans les milieux bien informés, un gros accent sera porté sur la sécurité. D’autant que le plan Vigipirate a été renforcé avec l’intervention militaire française au Mali.

On comprend dès lors le branle-bas de combat, hier, suite à l’appel à la grève lancé par Sud Solidaires pour le 18 janvier. Le secrétaire général du syndicat Morad Tahraoui entend bien utiliser cette superbe fenêtre médiatique pour se faire le porte-voix du « manque de personnel » à la médiathèque André-Labarrère.

Le problème n’est pas nouveau. Le jour de l’ouverture de la médiathèque, le 18 juin dernier, Sud avait déjà déposé un préavis de grève « non bloquante », avec le soutien de la CFDT et de FO. Cette fois, FO, la CFDT (et la CGT) ne soutiennent pas le mouvement. Mais Sud et Unsa paraissent déterminés.

« 35 % d’arrêts maladie en plus »

« On en a marre des flonflons, estime ainsi Morad Tahraoui. On veut de l’action. Ces 6 derniers mois, il y a 35 % d’arrêts maladie supplémentaire. La médiathèque André-Labarrère fonctionne avec une cinquantaine de personnes, il en faudrait 12 de plus. » « Les conditions de travail sont déplorables », abonde Yves Urieta (ndlr, le responsable syndical, pas l’ancien maire) pour l’Unsa.

Du côté de l’agglo, silence radio, hier. Une réunion a bien eu lieu, pourtant, en présence des syndicats FO, CGT, Sud, Unsa et CFDT et de la directrice générale des services Marie-Laure Étienne. « On nous a fait passer le message que la venue de la ministre était une chance pour Pau et qu’il ne fallait pas la gâcher », relate un représentant du personnel. « On nous dit que si on fait grève, la ministre ne viendra pas », révèle Morad Tahraoui, qui pour l’instant maintient son préavis. La pression pourrait donc encore monter d’ici vendredi.

Les syndicats en ordre dispersé

L’appel à la grève de Sud est soutenu par l’Unsa. Mais pas par les trois autres syndicats, FO, la CGT et la CFDT. « Il y a beaucoup de problèmes à régler, précise néanmoins Thierry Poey-Domenge pour la CFDT. Mais on ne croit pas que le levier de la visite ministérielle soit opportun à utiliser. Nous préférons asseoir nos revendications par le dialogue. » « Nous avons décidé de ne pas perturber la visite de la ministre, explique aussi Balbino Martinez pour FO. Mais nous avons demandé que l’on revienne sur ces questions de manque de personnel sur le réseau des médiathèques ». Nous n’avons pu joindre la CGT.

Un programme chargé pour la ministre Filippetti en Béarn vendredi

Près de six mois après son ouverture, la médiathèque sera inaugurée vendredi 18 janvier par la ministre de la Culture. (Ascencion torrent
Aurélie Filippetti, ministre de la Culture. (PP)
Près de six mois après son ouverture, la médiathèque sera inaugurée vendredi 18 janvier par la ministre de la Culture. (Ascencion torrent
 La ministre de la Culture et de la Communication ne vient pas seulement inaugurer la médiathèque vendredi. Une annonce « de portée nationale » est aussi prévue.

Malgré le renforcement du plan Vigipirate, Aurélie Filippetti sera, comme nous l’avons annoncé, ce vendredi en Béarn. L’inauguration de la médiathèque paloise sera bien au coeur du déplacement de la ministre de la Culture et de la Communication, également attendue à Oloron (1). Mais pas seulement… Selon ses services, la représentante du gouvernement, accompagnée de l’écrivaine Marie Desplechin, doit également lancer depuis Pau « un tour de France de l’éducation artistique et culturelle ».

Une plaque Labarrère et une légion d’honneur

Un comité de pilotage, présidé justement par Marie Desplechin, vient d’être installé. Cette opération qui figurait parmi les engagements du candidat Hollande vise à « permettre à tous les jeunes d’accéder à l’art et la culture, de la petite enfance à l’université ».

Avant la médiathèque, où des grévistes risquent sur le coup de 11 h de perturber le déroulement de la journée, Aurélie Filippetti doit visiter la fameuse maison de couture Courrèges. Puis, peu après midi, son discours sera suivi d’une petite cérémonie afin de dévoiler une plaque portant le nom d’André Labarrère.

Direction ensuite le Pavillon des Arts, toujours à Pau. C’est là, avant de partir en Haut-Béarn, que la ministre honorera l’actrice Marie Dubois en lui remettant les insignes de la Légion d’honneur. Cette dernière, créditée d’un César du second meilleur rôle, s’est notamment fait connaître aux côtés de Godard, Truffaut (« Jules et Jim »), Vadim, Oury (« La grande vadrouille »)…

==> Le préavis de grève maintenu à la médiathèque de Pau

L’appel à la grève à la médiathèque lancé par le syndicat SUD, soutenu par l’Unsa est maintenu pour vendredi. Aucune négociation n’aurait eu lieu hier. « La direction continue juste de nous mettre la pression, assurant que si l’on fait grève, la venue de la ministre serait annulée », assure Morad Tahraoui, secrétaire général de SUD.