Pau : Près des deux tiers des agents des cantines en grève
Une bonne centaine de blouses blanches et blouses à rayures ont manifesté hier matin sur la place Royale. Elles ont ensuite choisi d’envahir la mairie, avant d’attendre d’être reçues dans la salle du conseil municipal. Il s’agissait des agents qui travaillent dans les cantines, notamment les agents de la restauration scolaire de Pau et les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem).

Près d’un tiers de ces agents (au nombre de 150) ont manifesté à l’appel de l’intersyndical Unsa, Sud, CFDT, CGT et FO pour dénoncer les répercussions sur leurs conditions de travail de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Jusqu’à présent, les élèves n’avaient pas cours le mercredi, ce qui n’est plus le cas cette année. « Les moyens n’ont pas suivi pour que le travail soit assuré dans de bonnes conditions », estime notamment Morad Tahraoui pour Sud. « Il faut des avancées sur les primes de performance, leur prix des repas et le ménage qui n’est pas encore assuré vraiment par un autre service », renchérit Balbino Martinez pour FO. « La mairie ne prend pas du tout en compte l’accroissement de la pénibilité liée à des horaires importants en présence des enfants », estime aussi Joëlle Carpy pour la CGT.

« 2000 € de perte par an »

Le personnel en grève hier estimait que cette réforme allait leur faire perdre « près de 2000 euros par an ». « Dans ces conditions, je ne comprends pas que la mairie continue de soutenir que tout va bien. Les agents ne font jamais grève par plaisir ! », dénonce Olivier Dartigolles, élu du Front de gauche.Jean-Michel Canton, adjoint en charge du personnel, Frédérique Lerbert Serini, adjointe à l’éducation et la responsable du Pôle population ont reçu les grévistes. « Nous leur avons répété et expliqué les propositions qui avaient été faites dans un précédent courrier, mais nous n’avions pas d’autres propositions à leur faire. »La mairie souhaite réaliser une évaluation des conditions de travail de ces agents sur trois mois et a demandé à l’Urssaf la possibilité de faire baisser le prix des repas. « Nous proposons une réunion transversale à chaque vacance sur le fonctionnement de l’école », précise aussi Jean-Michel Canton.


Le préavis de grève est maintenu

L’intersyndicale Unsa, Sud, CFDT, CGT et FO a choisi de suspendre le préavis de grève, mais de le maintenir pour les mercredis entre 11 heures et 13 heures. « Mais nous n’avons pas de mot d’ordre, cela veut dire que nous attendons les prochaines réunions pour renouveler ou pas le mouvement, sachant que le préavis est déjà posé », précise Jean-Vincent Carol pour la CFDT.