Publié le 04/03/2013 à 06h00
Par odile faure

Pau : les dépôts de la Ville dans un piteux état

Les 250 jardiniers et cantonniers travaillent dans des locaux indignes. Un budget d’urgence sera débloqué.

 

[LEG_LEGENDE]Celui du Grand Tour, près du cimetière urbain, non loin de la place de Verdun où une bâche a été installée[]
2 sur 2
[LEG_LEGENDE]Celui du Grand Tour, près du cimetière urbain, non loin de la place de Verdun où une bâche a été installée[]

 

 

Partager

Envoyer à un ami

Imprimer

 

L’état des dépôts des agents des espaces verts et de la propreté urbaine est une bombe à retardement qui risque d’éclater au visage de l’exécutif municipal, même si le problème ne date pas de 2008. Un signal d’alarme avait été tiré il y a deux ans, suite au décès de Jacques Gardères, l’employé des espaces verts décédé suite à la chute d’un arbre au milieu de la cour de son dépôt à Tissié. Des leçons ont été tirées sur la question des arbres mais pas sur celles des locaux.

Les syndicats de personnel ont décidé d’agir avant le vote du prochain budget prévu le 21 mars. Lors du dernier comité technique paritaire qui s’est déroulé le mois dernier, ils ont interpellé la maire pour demander qu’une ligne budgétaire soit ouverte d’urgence pour reconstruire les dépôts ou trouver des solutions durables.

Insalubrité et risques « Au dépôt du Grand Tour, nous déplorons un début d’incendie il y a quelque temps, sans que personne ne s’en émeuve tout comme l’insalubrité de ces locaux installés dans des locaux initialement prévus pour du stockage. Plus récemment, ce sont des écoulements d’eaux pluviales (dus à la vétusté du toit) sur un compteur électrique qui auraient pu entraîner les mêmes conséquences. Ce phénomène a été constaté également au dépôt Beaumont ainsi qu’au dépôt Clermont auquel il faut rajouter un risque d’effondrement sérieux », regrette Jean-Vincent Carol, l’un des représentants du personnel CFDT.

Un constat dénoncé aussi par Force ouvrière par la voix de Balbino Martinez. « Tout le monde sait que les dépôts sont dans un état lamentable, personne ne fait rien. Nous avons travaillé par le passé sur le regroupement des services espaces verts et propreté urbaine mais les agents n’y sont pas trop favorables. Néanmoins, il faut agir. »

Pour Morad Tahraoui, responsable du syndicat Solidaires, la demande date de 2008. Il étend la demande au centre technique municipal où il travaille. « On est peut-être des agents de catégorie C mais pour la propreté, on demande de la catégorie A. C’est ‘‘Germinal’’ dans certains endroits. Rue Viard, une douche est reliée à un WC turc ! »

À la tête de la Ville, on est conscient que les choses ne sont plus tenables. Il fut évoqué, un temps, le transfert de certains dépôts dans les locaux de la Sernam mais le projet a été abandonné car la Ville serait locataire. L’une des pistes plus viables est le rapatriement de plusieurs sites aux Messagers, l’ancien centre de tri situé près du Parc des expositions mais pas avant deux-trois ans.

Marc Jubault-Bregler, conseiller municipal chargé des espaces verts et de la propreté urbaine, ne botte pas en touche. « Certains dépôts sont insalubres, les conditions de travail inacceptables. C’est un dossier dont je suis en charge seulement depuis un an. Il me tient à cœur. Pour preuve, depuis, je suis chargé des déchets à l’agglo, j’ai obtenu le déménagement de la direction opérationnelle des déchets (DOD) dans des locaux tout neufs, rue Boulloche, qui seront inaugurés fin mars. La nouvelle équipe propreté basée au Grand Tour va aller vers ce nouveau site. On pourra alors entreprendre des travaux dans les espaces laissés libres. Dans le budget de mars, une ligne budgétaire sera rajoutée. Je ne peux pas vous dévoiler le montant mais elle est importante. »